La police “informée” de la situation