Connexion

Récupérer mon mot de passe

Statistiques
Nous avons 50 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Jessica

Nos membres ont posté un total de 100146 messages dans 5339 sujets
Derniers sujets
» Du changement à france 2
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 16:25 par Copernic

» Tout comprendre des métaux rares !
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 10:31 par Damkipik

» vaccin anti-corona
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 10:37 par Damkipik

» Blague du jour
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 16 Avr 2021 - 20:23 par girolette

» Bretagne, un maraîcher bio se pend, scène ordinaire en dictature.
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 16 Avr 2021 - 18:03 par Damkipik

» Nouvelles de Belgique
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 16 Avr 2021 - 17:45 par canelle

» “Danger persistant" pour Mia, toujours activement recherchée dans les Vosges
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 15 Avr 2021 - 23:34 par canelle

» Face Book a encore dé_onné !!!!
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 15 Avr 2021 - 15:27 par Copernic

» Quel est votre repas de ce midi ...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 15 Avr 2021 - 14:51 par Frimousse73

» Le remplaçant
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 14 Avr 2021 - 17:08 par scoopy

» Des chiffres précis sur un sujet brûlant !
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 13 Avr 2021 - 11:47 par canelle

» CBD bienfaits
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 12 Avr 2021 - 16:52 par Frimousse73

» La vente des autotests autorisées en pharmacie
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 11 Avr 2021 - 17:34 par Frimousse73

» Ce soir, à la télé je vais regarder...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 10 Avr 2021 - 19:48 par Frimousse73

» Ingterview de Philippe de Villiers
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 10 Avr 2021 - 18:41 par canelle

» Le rappeur américain DMX est décédé à 50 ans des suites d'une crise cardiaque déclenchée par une overdose, annonce sa famille
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 10 Avr 2021 - 16:01 par rose04

» “Les caillots sanguins sont causés par la réponse immunitaire sévère” stimulée par le vaccin
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 9 Avr 2021 - 14:05 par Damkipik

» Alphabet des chanteuses - Lettre E
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 8 Avr 2021 - 18:43 par Damkipik

» Etats-Unis : Biden dévoile son plan pour la limitation des armes à feu
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 8 Avr 2021 - 17:28 par Copernic

» L'ère des pandémies virales ne fait que commencer...selon certains scientifiques...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 8 Avr 2021 - 8:31 par Damkipik

» Le régime alimentaire de l'humain au cours des âges
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 8 Avr 2021 - 8:19 par Frimousse73

» L'art de la traduction et les polémiques actuelles...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 7 Avr 2021 - 20:48 par Frimousse73

» Alphabet des chanteuses - Lettre D
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 7 Avr 2021 - 14:28 par Copernic

» Courts métrages d'animation
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 7 Avr 2021 - 12:00 par Damkipik

» nouvelles du covid
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 5 Avr 2021 - 17:31 par DoMi

» Une histoire avec les lettres de votre prénom
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 5 Avr 2021 - 14:08 par Damkipik

» Les vestiges d’un cimetière extraterrestre vieux de plusieurs milliards d’années enfouis sous nos pieds ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 4 Avr 2021 - 9:14 par Frimousse73

» Coronavirus en France : le ministre de l'Education J.-M. Blanquer visé par une plainte d'un collectif d'enseignants
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 4 Avr 2021 - 8:14 par Damkipik

» Dès les annonces du troisième confinement dans 16 départements jeudi soir, les trains en direction de la Bretagne et du Pays basque affichaient complets sur le site de la SNCF.
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 3 Avr 2021 - 18:49 par blandine

» Un coup de gueule à passer au sujet du confinement du au covid
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 3 Avr 2021 - 18:45 par blandine

» papacoz, c'est pour toi...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 3 Avr 2021 - 14:00 par Damkipik

» Début des matchs qualificatifs pour la coupe du monde 2022
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 1 Avr 2021 - 15:28 par barclay

» L'oculométrie : des données récoltées à partir de vos yeux à votre insu ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 1 Avr 2021 - 15:12 par Arthénice

» L'émissaire de l'ONU met en garde contre un risque de guerre civile en Birmanie : "Un bain de sang est imminent"
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 1 Avr 2021 - 14:55 par Copernic

» Un masque spécial Covid en préparation
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 31 Mar 2021 - 12:00 par Damkipik

» Le parquet requiert une peine “exemplaire” contre Ikea France dans l’affaire des salariés écoutés
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 30 Mar 2021 - 15:07 par canelle

» Humour en images ... tous thèmes ...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 29 Mar 2021 - 9:21 par Frimousse73

» Venise : les navires de croisières ne pourront plus passer devant la Place Saint-Marc
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 29 Mar 2021 - 9:16 par Frimousse73

» Cérémonie des césars 2021 choqués ou pas ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 22 Mar 2021 - 16:03 par Arthénice

» La justice prononce le divorce à ses torts exclusifs parce qu’elle refusait d’avoir des rapports sexuels avec son mari: elle porte plainte contre la France
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 22 Mar 2021 - 14:40 par Arthénice

» Chaud Cacao d’Annie Cordy devient une chanson raciste en Belgique
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 22 Mar 2021 - 14:29 par Arthénice

» La Turquie quitte la Convention d’Istanbul contre les violences envers les femmes : que dit ce traité ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 22 Mar 2021 - 13:51 par girolette

» Encore un décès d'acteur
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 21 Mar 2021 - 20:11 par Gelsey

» Gloria sur TF1, qui c'est qui regarde ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 19 Mar 2021 - 18:31 par canelle

» Passeport vaccinal : etes vous pour ou contre ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 19 Mar 2021 - 14:33 par papacoz

» Transfert des patients covid
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 17 Mar 2021 - 12:55 par canelle

»  Les tests anaux pour détecter le Covid vont-ils devenir obligatoires en Chine pour tous les voyageurs étrangers ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 17 Mar 2021 - 12:04 par Damkipik

» C'est très bien de connaitre Guihome en france, mais est ce que vous connaissez pablo andres ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 16 Mar 2021 - 13:35 par Copernic

» Un résumé de l'année que nous venons de vivre
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 16 Mar 2021 - 10:23 par DoMi

» Coronavirus: Emmanuel Macron annonce que la France suspend "par précaution" la vaccination avec AstraZeneca jusqu'à demain, en attendant l'avis de l'Agence européenne des médicaments - L'Allemagne et l'Italie prennent la même décision
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 15 Mar 2021 - 18:18 par Copernic

-39%
Le deal à ne pas rater :
Nike Vista Lite SE – chaussure pour femme
73 € 120 €
Voir le deal

Journal d'une soignante

Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Journal d'une soignante

Message par blandine Dim 29 Mar 2020 - 16:32

Rossella, interne en médecine d'origine italienne de 26 ans, travaille dans un hôpital depuis le lundi 23 mars. En première ligne face au coronavirus, elle livre à L'Express son journal de bord. Pour des raisons de confidentialité, ni son nom, ni celui de son établissement, ne sont révélés dans cette chronique.



Vendredi, 27 mars 2020

L'internat est une avenue de gifles et larmes. C'est un chemin où l'on apprend à se connaître, à toucher ses limites, à rencontrer la désillusion, à admettre ses manques et ses erreurs. Il conduit à l'humilité. Parfois, il nous surprend avec la force d'une claque inattendue, qui déclenche une cascade de larmes que même la nuit ne pourra pas arrêter.

Ce vendredi, j'arrive au travail avec un quart d'heure de retard. Mon chef de salle, Jules, est déjà en train de partir voir des patients. Il me dit de commencer ma visite et de l'appeler au moindre souci. Rien de plus. Il ne me parle pas du décès survenu pendant la nuit, ce n'est plus le moment, il fallait arriver à l'heure. Ce n'est pas une punition de sa part, juste la description du fonctionnement d'un hôpital pendant la guerre (en temps de paix aussi, d'ailleurs).


J'allume l'ordinateur et je découvre que Mr.G. est décédé la veille au soir. J'avais parlé avec sa soeur douze heures auparavant. Elle ne m'appellera plus pour prendre des nouvelles. Je n'entendrai plus sa voix inquiète demander : "Il va comment, mon frère ?".

La matinée se déroule dans le calme. Les autres patients sont stables, les deux malades qui sont en fin de vie ne souffrent pas. Je fais mon tour, contrôle les résultats des prises de sang, note l'évolution dans les dossiers, adapte les traitements si nécessaire, puis je fais le point avec Jules.

"Il faut que j'intervienne avant l'arrêt cardiaque"

À midi, j'ai déjà fini. Je consulte les dossiers de deux nouvelles personnes dont je vais commencer à m'occuper à partir d'aujourd'hui puisque l'un de mes co-internes a été infecté par le Covid; nous ne sommes plus que trois pour deux salles et il faut se redistribuer des patients.

L'après-midi arrive, et avec lui l'orage. Je cours le plus vite possible : ce n'est pas assez. L'état de mes charmants petits vieux se dégrade, il faut que j'intervienne avant l'arrêt cardiaque car là, ils seront perdus : ils sont "non-réa", on ne pourra plus les récupérer.

Mr T., qui allait mieux le matin, tombe en détresse respiratoire, il vomit, il faut lui piquer l'artère, lui prélever du sang, le mettre sous 15 litres d'oxygène, contrôler son état en permanence. Les deux patients en fin de vie commencent à souffrir et il faut adapter les doses des médicaments pour les soulager. À chaque fois qu'on rentre et qu'on sort d'une chambre, qu'on passe d'un couloir à l'autre, d'un local à l'autre, il faut se laver, se changer, mais il n'y a pas assez de surblouses, bref, c'est le grand bazar. Dans ce chaos, je dois aussi écrire les transmissions pour le week-end et gérer deux nouvelles entrées : un petit vieux avec des troubles cognitifs, très prostré, mais lucide et effrayé ; et une dame âgée, avec un syndrome bipolaire et difficile à interroger. Évidemment, tous deux sont Covid positif et ne respirent pas bien. Il faut immédiatement contrôler leur stabilité hémodynamique et respiratoire, mettre en place le nécessaire pour la nuit - le possible, plutôt.

"J'ai sept patients, dont cinq menacés d'une mort imminente"

Pour l'un comme pour l'autre, je donne priorité à l'examen clinique et ne prend pas connaissance de leur traitement de fond; je m'en occuperai dans un deuxième temps, une fois gérée l'urgence. Évidemment, ce serait mieux de tout faire tout de suite, mais je n'y arrive pas : je suis seule, j'ai sept patients, dont cinq menacés d'une mort imminente. Et puis, je suis encore une jeune interne, je n'ai pas la rapidité d'un chef, a fortiori quand l'un des deux patients arrive à peine un quart d'heure avant l'horaire auquel on est censé avoir mis les transmissions à jour.

J'accueille la patiente dans le couloir et je suis les brancardiers pendant qu'on l'installe dans la chambre. Je vérifie ses constantes, réalise l'examen clinique. Elle ne va pas bien, évidemment, mais elle est stable. J'écris les résultats de son examen et je cherche des informations à son sujet dans la banque de données médicales. Les informations que je trouve ne sont pas complètes, mais j'arrive à contacter son médecin traitant qui me résume son parcours, du moins ce qu'il en sait : cette dame sort d'une hospitalisation en psychiatrie. Le morceau de puzzle qui me manque est le compte rendu de ce séjour : il n'est pas numérisé. Il a été rédigé sur papier, mais je ne l'ai pas encore trouvé. Je m'apprête à aller le chercher pour compléter le tableau quand je croise Jules, à qui je raconte ce que j'ai découvert jusqu'à présent, en ayant bien conscience que tout cela reste encore partiel.

"J'éclate en sanglots. Personne n'y prête attention"

Jules me gronde sans que je puisse vraiment m'expliquer. Devant tout le monde, les externes, les internes, les autres chefs. Il ne voit que la partie manquante, et pense visiblement que j'ai été négligente. "Ce n'est pas acceptable de ne pas avoir récupéré le traitement de fond d'un patient à dix-huit heures !". Cette humiliation, dans ce contexte et avec ce moral, je ne la supporte pas. La patiente est arrivée à 17h45, elle allait mal, il fallait d'abord s'assurer qu'elle ne fasse pas de choc, l'examiner, lire les informations des urgentistes, et seulement après savoir ce qu'il s'était passé avant. Je ne peux pas tout faire au même moment.

En plus, je suis crevée. Malgré moi, j'éclate en sanglots. Personne n'y prête attention, moi non plus d'ailleurs, je poursuis mon travail.

Le compte rendu manquant est finalement retrouvé au poste de soins des infirmières. Jules récupère le traitement de fond en appelant la clinique où la patiente se trouvait auparavant. Je mets à jour les transmissions, demande les prises de sang pour le lendemain, contrôle encore un tas de choses et gère avec lui les derniers évènements de la journée, notamment une fausse route avec désaturation et un infarctus de dernière minute.

Une heure plus tard, je pleure toujours, sauf dans les chambres des patients. Jules me demande quel est le problème. Je lui avoue ma désolation face à mes manques, ma sensation d'impuissance, mon impression d'insécurité, la honte d'avoir déçu mon chef... Jules est gentil. Il ne me réconforte pas vraiment, mais, sans colère, il m'explique que son rôle consiste aussi à reprendre ses internes lorsqu'ils ne travaillent pas correctement.

Je sors de l'hôpital vers vingt heures trente, j'ai l'impression d'être un torchon sale et mouillé. Je monte sur mon vélo et je pleure jusqu'à Victor. J'ai la chance de pouvoir pleurer vers l'amour, je sais qu'à la maison un allié m'attend. Bientôt, nous serons deux, et à deux, on est plus fort. Victor me fait parler et me câline. Quand je cesse de pleurer, il me nourrit, mais à la fin du repas, je recommence à pleurer, en silence. Alors Victor me borde. Quand je glisse dans le sommeil, je pleure encore.

Demain, j'arriverai au boulot les yeux cernés, rouges et gonflés, mais j'arriverai à l'heure.
blandine
blandine

Modératrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Carline Dim 29 Mar 2020 - 19:58

Emouvant. Merde je pleure.
Carline
Carline

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par DoMi Lun 30 Mar 2020 - 10:10

Impossible de lire jusqu'au bout ...
DoMi
DoMi

Dominatrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Damkipik Lun 30 Mar 2020 - 12:06

Dantesque.
Damkipik
Damkipik

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par canelle Lun 30 Mar 2020 - 14:23

Effrayant, le courage de cette jeune femme et de tous les autres, ce berdol, grâce à toutes les mesures, prises depuis des années, parce qu'il faut gérer les hôpitaux comme une entreprise qui fait du fric, encore une raison d'avoir la rage aujourd'hui.
canelle
canelle

Modératrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Damkipik Jeu 2 Avr 2020 - 17:38

Espérons qu'après la crise, des mesures seront prises afin que rien de tout cela ne puisse se reproduire !
Damkipik
Damkipik

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum