Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Copernic

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 297 le Dim 24 Mai 2020 - 22:45
Derniers sujets
» COMME J'AIME (le régime)
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 16:57 par Aurore

» Les coups de gueules d'Arthénice
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 16:44 par Damkipik

» Les mots en liaison, reliés entre eux
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 15:33 par Caro

» Au moins treize morts dont sept enfants dans une fusillade en Russie: Poutine dénonce “un acte de terrorisme inhumain”
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 15:32 par Arthénice

» Femmes je vous aime disent-ils
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 15:15 par girolette

» Hier soir, j'ai regardé...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 15:10 par Arthénice

» Une blague...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 11:43 par Damkipik

» La NASA va tenter pour la première fois de dévier un astéroïde: où et comment regarder cette mission historique ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 26 Sep 2022 - 19:37 par Copernic

» Une postière avec un sacré esprit de répartie
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 26 Sep 2022 - 19:19 par Frimousse73

» Les éoliennes dans tous leurs états !
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 26 Sep 2022 - 16:42 par Damkipik

» L’erreur que l’on commet tous avec notre frigo et qui coûte cher en électricité
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 25 Sep 2022 - 18:12 par Aurore

» Reportage de complément d'enquête sur l'état de l'eau du robinet
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 24 Sep 2022 - 19:57 par Frimousse73

» Rodolphe Belmer, ancien directeur général de Canal+, va prendre la tête de TF1 et remplacer Gilles Pélisson au poste de PDG
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Sep 2022 - 17:42 par Copernic

» Ce soir, à 21h10, la chaîne France 3 diffuse pour la première fois le documentaire La traversée de Bourvil
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Sep 2022 - 17:40 par blandine

» Mise en garde de l'assurance maladie concernant les appels et e-mails frauduleux.
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Sep 2022 - 17:21 par blandine

» Serge Lama, fin de carrière...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Sep 2022 - 17:18 par blandine

» Histoire de rire
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Sep 2022 - 17:14 par blandine

» Un bébé de 14 mois oublié 16h seul dans son berceau
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Sep 2022 - 17:09 par blandine

» Ce soir, je vais regarder...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 22 Sep 2022 - 19:57 par Copernic

» Le replay, c'est pratique, mais y évite t'on vraiment la pub ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 22 Sep 2022 - 19:50 par Copernic

» Avec la flambée des prix de l'électricité, envisagez vous de faire installer des panneaux photovoltaïques sur le toit de votre maison ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 22 Sep 2022 - 9:58 par rose04

» Marseille entourée de ramparts imaginaires !
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 21 Sep 2022 - 20:13 par Frimousse73

» Etes vous royalistes ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 20 Sep 2022 - 18:09 par Damkipik

» la 2 a mis le paquet
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 20 Sep 2022 - 11:15 par Damkipik

» Finalement, TF1 et M6 abandonnent leur projet de fusion !
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 17 Sep 2022 - 13:18 par Copernic

» La mort au programme !
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 15 Sep 2022 - 14:06 par Marius

» Un salarié licencié car il pétait beaucoup trop sur son lieu de travail...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 14 Sep 2022 - 19:45 par girolette

» Le grand retour de masterchef
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 13 Sep 2022 - 17:33 par Copernic

» On peut m'expliquer ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 12 Sep 2022 - 10:49 par Damkipik

» Gros coup de coeur
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 9 Sep 2022 - 9:03 par canelle

» «Remarriage & Desires» (Netflix) : la haute société coréenne sous toutes les coutures
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 7 Sep 2022 - 13:52 par Damkipik

» Le directeur de TGV-Intercités critique le PSG pour avoir utilisé l'avion pour son déplacement à Nantes vendredi alors que la SNCF propose une offre adaptée aux besoins du club
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 6 Sep 2022 - 19:37 par Copernic

» Marquée et avec des bleus sur le visage, la vieille dame agressée à Cannes témoigne: "Les parents ont proposé de l'argent pour enlever la plainte"
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 6 Sep 2022 - 19:36 par Copernic

»  Malaise sur le plateau de Télématin: l’humoriste fait un sketch sur l’attentat de Nice, France 2 la coupe Malaise sur le plateau de Télématin. Ce lundi 5 septembre, l’humoriste Alexandra Pizzagalli faisait sa première chronique humoristique sur le plate
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 5 Sep 2022 - 20:00 par Frimousse73

» Le Gouvernement dans sa lettre d'info dit vacances de Toussaint
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 4 Sep 2022 - 7:42 par Damkipik

» Pénurie énergétique en vue
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 2 Sep 2022 - 17:24 par Damkipik

» Gérald Darmanin annonce l'expulsion de l'imam Hassan Iquioussen qui tient depuis près de 20 ans des propos antisémites et homophobes dans le Nord de la France
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 2 Sep 2022 - 16:56 par Frimousse73

» Comprenez vous la polémique avec la première ministre finlandaise ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 1 Sep 2022 - 14:14 par Damkipik

» Arnaque à Doctolib
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 31 Aoû 2022 - 19:25 par girolette

» Quel livre avez vous lu aujurd'hui ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 31 Aoû 2022 - 8:24 par Damkipik

» Michelle Martin définitivement libre sans conditions à partir de vendredi: “C'est très difficile pour nous”
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 28 Aoû 2022 - 18:14 par Damkipik

» Un “Koh Lanta” à la prison de Fresnes fait polémique en France
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 28 Aoû 2022 - 15:43 par blandine

» Instagram, vecteur de surtourisme, met en péril les plus beaux sites naturels de la planète
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 26 Aoû 2022 - 19:32 par Copernic

» Orange a décidé de ne plus diffuser les dix chaînes locales de BFMTV, faute d'accord sur la rémunération à verser à Altice
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 26 Aoû 2022 - 10:28 par canelle

» De la Leffe bientôt produite dans des brasseries russes? Une nouvelle qui ne plait pas à tout le monde
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 25 Aoû 2022 - 18:49 par Glorianne

» Tartinade de courgettes
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 24 Aoû 2022 - 20:16 par Glorianne

» Aliments crus VS cuits.
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 20 Aoû 2022 - 14:49 par Damkipik

» Ils appellent la police pour des enfants bruyants
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 16 Aoû 2022 - 20:05 par Copernic

» La logique Chinoise, allez comprendre..
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 16 Aoû 2022 - 19:50 par canelle

» Macabre découverte dans les glaciers
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 15 Aoû 2022 - 17:26 par kikidi


Journal d'une soignante

5 participants

Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Journal d'une soignante

Message par blandine Dim 29 Mar 2020 - 16:32

Rossella, interne en médecine d'origine italienne de 26 ans, travaille dans un hôpital depuis le lundi 23 mars. En première ligne face au coronavirus, elle livre à L'Express son journal de bord. Pour des raisons de confidentialité, ni son nom, ni celui de son établissement, ne sont révélés dans cette chronique.



Vendredi, 27 mars 2020

L'internat est une avenue de gifles et larmes. C'est un chemin où l'on apprend à se connaître, à toucher ses limites, à rencontrer la désillusion, à admettre ses manques et ses erreurs. Il conduit à l'humilité. Parfois, il nous surprend avec la force d'une claque inattendue, qui déclenche une cascade de larmes que même la nuit ne pourra pas arrêter.

Ce vendredi, j'arrive au travail avec un quart d'heure de retard. Mon chef de salle, Jules, est déjà en train de partir voir des patients. Il me dit de commencer ma visite et de l'appeler au moindre souci. Rien de plus. Il ne me parle pas du décès survenu pendant la nuit, ce n'est plus le moment, il fallait arriver à l'heure. Ce n'est pas une punition de sa part, juste la description du fonctionnement d'un hôpital pendant la guerre (en temps de paix aussi, d'ailleurs).


J'allume l'ordinateur et je découvre que Mr.G. est décédé la veille au soir. J'avais parlé avec sa soeur douze heures auparavant. Elle ne m'appellera plus pour prendre des nouvelles. Je n'entendrai plus sa voix inquiète demander : "Il va comment, mon frère ?".

La matinée se déroule dans le calme. Les autres patients sont stables, les deux malades qui sont en fin de vie ne souffrent pas. Je fais mon tour, contrôle les résultats des prises de sang, note l'évolution dans les dossiers, adapte les traitements si nécessaire, puis je fais le point avec Jules.

"Il faut que j'intervienne avant l'arrêt cardiaque"

À midi, j'ai déjà fini. Je consulte les dossiers de deux nouvelles personnes dont je vais commencer à m'occuper à partir d'aujourd'hui puisque l'un de mes co-internes a été infecté par le Covid; nous ne sommes plus que trois pour deux salles et il faut se redistribuer des patients.

L'après-midi arrive, et avec lui l'orage. Je cours le plus vite possible : ce n'est pas assez. L'état de mes charmants petits vieux se dégrade, il faut que j'intervienne avant l'arrêt cardiaque car là, ils seront perdus : ils sont "non-réa", on ne pourra plus les récupérer.

Mr T., qui allait mieux le matin, tombe en détresse respiratoire, il vomit, il faut lui piquer l'artère, lui prélever du sang, le mettre sous 15 litres d'oxygène, contrôler son état en permanence. Les deux patients en fin de vie commencent à souffrir et il faut adapter les doses des médicaments pour les soulager. À chaque fois qu'on rentre et qu'on sort d'une chambre, qu'on passe d'un couloir à l'autre, d'un local à l'autre, il faut se laver, se changer, mais il n'y a pas assez de surblouses, bref, c'est le grand bazar. Dans ce chaos, je dois aussi écrire les transmissions pour le week-end et gérer deux nouvelles entrées : un petit vieux avec des troubles cognitifs, très prostré, mais lucide et effrayé ; et une dame âgée, avec un syndrome bipolaire et difficile à interroger. Évidemment, tous deux sont Covid positif et ne respirent pas bien. Il faut immédiatement contrôler leur stabilité hémodynamique et respiratoire, mettre en place le nécessaire pour la nuit - le possible, plutôt.

"J'ai sept patients, dont cinq menacés d'une mort imminente"

Pour l'un comme pour l'autre, je donne priorité à l'examen clinique et ne prend pas connaissance de leur traitement de fond; je m'en occuperai dans un deuxième temps, une fois gérée l'urgence. Évidemment, ce serait mieux de tout faire tout de suite, mais je n'y arrive pas : je suis seule, j'ai sept patients, dont cinq menacés d'une mort imminente. Et puis, je suis encore une jeune interne, je n'ai pas la rapidité d'un chef, a fortiori quand l'un des deux patients arrive à peine un quart d'heure avant l'horaire auquel on est censé avoir mis les transmissions à jour.

J'accueille la patiente dans le couloir et je suis les brancardiers pendant qu'on l'installe dans la chambre. Je vérifie ses constantes, réalise l'examen clinique. Elle ne va pas bien, évidemment, mais elle est stable. J'écris les résultats de son examen et je cherche des informations à son sujet dans la banque de données médicales. Les informations que je trouve ne sont pas complètes, mais j'arrive à contacter son médecin traitant qui me résume son parcours, du moins ce qu'il en sait : cette dame sort d'une hospitalisation en psychiatrie. Le morceau de puzzle qui me manque est le compte rendu de ce séjour : il n'est pas numérisé. Il a été rédigé sur papier, mais je ne l'ai pas encore trouvé. Je m'apprête à aller le chercher pour compléter le tableau quand je croise Jules, à qui je raconte ce que j'ai découvert jusqu'à présent, en ayant bien conscience que tout cela reste encore partiel.

"J'éclate en sanglots. Personne n'y prête attention"

Jules me gronde sans que je puisse vraiment m'expliquer. Devant tout le monde, les externes, les internes, les autres chefs. Il ne voit que la partie manquante, et pense visiblement que j'ai été négligente. "Ce n'est pas acceptable de ne pas avoir récupéré le traitement de fond d'un patient à dix-huit heures !". Cette humiliation, dans ce contexte et avec ce moral, je ne la supporte pas. La patiente est arrivée à 17h45, elle allait mal, il fallait d'abord s'assurer qu'elle ne fasse pas de choc, l'examiner, lire les informations des urgentistes, et seulement après savoir ce qu'il s'était passé avant. Je ne peux pas tout faire au même moment.

En plus, je suis crevée. Malgré moi, j'éclate en sanglots. Personne n'y prête attention, moi non plus d'ailleurs, je poursuis mon travail.

Le compte rendu manquant est finalement retrouvé au poste de soins des infirmières. Jules récupère le traitement de fond en appelant la clinique où la patiente se trouvait auparavant. Je mets à jour les transmissions, demande les prises de sang pour le lendemain, contrôle encore un tas de choses et gère avec lui les derniers évènements de la journée, notamment une fausse route avec désaturation et un infarctus de dernière minute.

Une heure plus tard, je pleure toujours, sauf dans les chambres des patients. Jules me demande quel est le problème. Je lui avoue ma désolation face à mes manques, ma sensation d'impuissance, mon impression d'insécurité, la honte d'avoir déçu mon chef... Jules est gentil. Il ne me réconforte pas vraiment, mais, sans colère, il m'explique que son rôle consiste aussi à reprendre ses internes lorsqu'ils ne travaillent pas correctement.

Je sors de l'hôpital vers vingt heures trente, j'ai l'impression d'être un torchon sale et mouillé. Je monte sur mon vélo et je pleure jusqu'à Victor. J'ai la chance de pouvoir pleurer vers l'amour, je sais qu'à la maison un allié m'attend. Bientôt, nous serons deux, et à deux, on est plus fort. Victor me fait parler et me câline. Quand je cesse de pleurer, il me nourrit, mais à la fin du repas, je recommence à pleurer, en silence. Alors Victor me borde. Quand je glisse dans le sommeil, je pleure encore.

Demain, j'arriverai au boulot les yeux cernés, rouges et gonflés, mais j'arriverai à l'heure.
blandine
blandine

Modératrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Carline Dim 29 Mar 2020 - 19:58

Emouvant. Merde je pleure.
Carline
Carline

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par DoMi Lun 30 Mar 2020 - 10:10

Impossible de lire jusqu'au bout ...
DoMi
DoMi

Administratrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Damkipik Lun 30 Mar 2020 - 12:06

Dantesque.
Damkipik
Damkipik

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par canelle Lun 30 Mar 2020 - 14:23

Effrayant, le courage de cette jeune femme et de tous les autres, ce berdol, grâce à toutes les mesures, prises depuis des années, parce qu'il faut gérer les hôpitaux comme une entreprise qui fait du fric, encore une raison d'avoir la rage aujourd'hui.
canelle
canelle

Modératrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Damkipik Jeu 2 Avr 2020 - 17:38

Espérons qu'après la crise, des mesures seront prises afin que rien de tout cela ne puisse se reproduire !
Damkipik
Damkipik

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum