Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 297 le Dim 24 Mai 2020 - 22:45
Derniers sujets
» Ca me donne envie de pleurer..
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Aujourd'hui à 8:52 par Frimousse73

» Ces films d'horreur qui ont traumatisé notre enfance
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 21:28 par kikidi

» C'est quoi cette merde ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 21:28 par Copernic

»  Déguster des pâtisseries en forme de pénis, c’est désormais possible
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 19:43 par Frimousse73

» Chaines Youtube
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 16:45 par Copernic

» Le nouveau jeu quotidien "Chacun son tour" présenté par Bruno Guillon sera lancé le lundi 23 août à 11h20 - Voici le concept!
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 13:03 par Copernic

» Où passe l'argent ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Hier à 8:27 par scoopy

» Nouvelles de Belgique
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 3 Aoû 2021 - 14:05 par Copernic

» L'acteur et réalisateur Jean-François Stévenin qui a commencé sa carrière chez Rivette et Truffaut est décédé - Il était père de 4 enfants tous acteur : Sagamore, Robinson, Salomé et Pierre
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 2 Aoû 2021 - 20:54 par Sophie

» Le dispositif du pass sanitaire ne concernera finalement pas les centres commerciaux
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 2 Aoû 2021 - 20:44 par Perle

» comment s'est passé votre vaccination du covid ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 2 Aoû 2021 - 20:42 par Perle

» les vendanges de l amour!
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 2 Aoû 2021 - 20:35 par Perle

» Comment vous sentez vous abordés par ces dames messieurs ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 2 Aoû 2021 - 18:04 par kikidi

» Coronavirus en France : la pression sur les hôpitaux continue à monter, "beaucoup de départements sont sur la pente raide"
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 2 Aoû 2021 - 13:50 par Damkipik

» la grande voix du zouk nous a quitté
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 21:36 par Frimousse73

» Autobiographie
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 19:38 par kikidi

» Kaamelott
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 19:35 par Copernic

» La "clé d'étranglement" remplacée par trois autres techniques d'interpellation en France
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 19:28 par Copernic

» Samedi noir sur les routes françaises: plus de 1.000 km de bouchons
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 19:22 par Copernic

» La meilleure friterie de Belgique nous révèle les erreurs à ne plus commettre pour une bonne frite maison
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 13:21 par canelle

» La dernière palme d'or de Cannes
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 12:12 par Damkipik

» A quelle rythme avance la vaccination dans votre commune ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 31 Juil 2021 - 8:17 par Damkipik

» Des affiches comparant Emmanuel Macron à Hitler placardées dans le sud de la France
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 30 Juil 2021 - 11:18 par Damkipik

» Bientôt des taxis volants en Europe ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 28 Juil 2021 - 17:20 par Caro

» une blague chaque jour
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 26 Juil 2021 - 17:12 par blandine

» Quel livre avez vous lu aujurd'hui ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 26 Juil 2021 - 15:11 par zet

» Qui s'en souvient ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 26 Juil 2021 - 8:14 par Damkipik

» La carbonara de ma tante piémontaise.
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 24 Juil 2021 - 7:53 par Damkipik

» Affaire Pegasus: une enquête ouverte à Paris sur l'espionnage de journalistes
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 23 Juil 2021 - 9:01 par Damkipik

» Le cyberharcèlement des adultes
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 20 Juil 2021 - 15:56 par Copernic

» Le taux de contamination au Covid-19 des chats et chiens par leurs propriétaires est plus élevé qu'on ne le croit
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 20 Juil 2021 - 14:24 par Copernic

» Votre dîner (souper pour certains) de ce soir ....
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 19 Juil 2021 - 23:27 par girolette

» Humour en images ... tous thèmes ...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 13 Juil 2021 - 15:01 par Copernic

» Euro 2020 (en 2021)
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 12 Juil 2021 - 18:45 par Caro

» Les différents systèmes de nettoyage pour un four
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 12 Juil 2021 - 15:04 par Copernic

» Coronavirus en Espagne : quelle est la raison de la flambée des contaminations ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Lun 12 Juil 2021 - 14:06 par Damkipik

» Afghanistan : les talibans disent contrôler 85% du territoire afghan
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 9 Juil 2021 - 22:08 par Frimousse73

» "L'Amérique est méprisée et humiliée sur la scène mondiale", Donald Trump est de retour avec 2024 en point de mire
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 9 Juil 2021 - 15:07 par Copernic

» C'est quoi pour vous la laicité ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Jeu 8 Juil 2021 - 14:04 par Damkipik

» A votre avis, qui jouera la finale de l'euro dimanche soir ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 6 Juil 2021 - 22:10 par canelle

» La Russie s'empare de l'appellation "champagne", une décision plus symbolique qu'autre chose
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 6 Juil 2021 - 20:01 par Copernic

» Fromages
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 6 Juil 2021 - 12:14 par Caro

» Dans quel état êtes vous vis a vis du match France / Suisse de lundi soir ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 4 Juil 2021 - 20:37 par barclay

» La distance de sécurité c'est pas pour tout le monde ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 4 Juil 2021 - 13:39 par Copernic

» Le meilleur slogan politique repéré aujourd'hui...
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Dim 4 Juil 2021 - 10:11 par charles01

» Connaissez-vous Audible ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 30 Juin 2021 - 21:39 par infobusiness

» Le ministère public a requis six mois de prison avec sursis contre l'imam d'une mosquée de Toulouse, jugé pour "incitation à la haine raciale"
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mer 30 Juin 2021 - 15:52 par canelle

» France : qui bénéficiera du tremplin des régionales pour la présidentielle de 2022 ?
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Mar 29 Juin 2021 - 11:54 par Damkipik

» L'hymne des diables rouges pour l'Euro 2020
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Sam 26 Juin 2021 - 14:19 par canelle

» Netflix
Journal d'une soignante  Icon_minitime1Ven 25 Juin 2021 - 16:57 par Copernic

Le Deal du moment : -41%
-41% sur le Pack enceintes Home Cinéma JAMO PACK
Voir le deal
649 €

Journal d'une soignante

5 participants

Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Journal d'une soignante

Message par blandine Dim 29 Mar 2020 - 16:32

Rossella, interne en médecine d'origine italienne de 26 ans, travaille dans un hôpital depuis le lundi 23 mars. En première ligne face au coronavirus, elle livre à L'Express son journal de bord. Pour des raisons de confidentialité, ni son nom, ni celui de son établissement, ne sont révélés dans cette chronique.



Vendredi, 27 mars 2020

L'internat est une avenue de gifles et larmes. C'est un chemin où l'on apprend à se connaître, à toucher ses limites, à rencontrer la désillusion, à admettre ses manques et ses erreurs. Il conduit à l'humilité. Parfois, il nous surprend avec la force d'une claque inattendue, qui déclenche une cascade de larmes que même la nuit ne pourra pas arrêter.

Ce vendredi, j'arrive au travail avec un quart d'heure de retard. Mon chef de salle, Jules, est déjà en train de partir voir des patients. Il me dit de commencer ma visite et de l'appeler au moindre souci. Rien de plus. Il ne me parle pas du décès survenu pendant la nuit, ce n'est plus le moment, il fallait arriver à l'heure. Ce n'est pas une punition de sa part, juste la description du fonctionnement d'un hôpital pendant la guerre (en temps de paix aussi, d'ailleurs).


J'allume l'ordinateur et je découvre que Mr.G. est décédé la veille au soir. J'avais parlé avec sa soeur douze heures auparavant. Elle ne m'appellera plus pour prendre des nouvelles. Je n'entendrai plus sa voix inquiète demander : "Il va comment, mon frère ?".

La matinée se déroule dans le calme. Les autres patients sont stables, les deux malades qui sont en fin de vie ne souffrent pas. Je fais mon tour, contrôle les résultats des prises de sang, note l'évolution dans les dossiers, adapte les traitements si nécessaire, puis je fais le point avec Jules.

"Il faut que j'intervienne avant l'arrêt cardiaque"

À midi, j'ai déjà fini. Je consulte les dossiers de deux nouvelles personnes dont je vais commencer à m'occuper à partir d'aujourd'hui puisque l'un de mes co-internes a été infecté par le Covid; nous ne sommes plus que trois pour deux salles et il faut se redistribuer des patients.

L'après-midi arrive, et avec lui l'orage. Je cours le plus vite possible : ce n'est pas assez. L'état de mes charmants petits vieux se dégrade, il faut que j'intervienne avant l'arrêt cardiaque car là, ils seront perdus : ils sont "non-réa", on ne pourra plus les récupérer.

Mr T., qui allait mieux le matin, tombe en détresse respiratoire, il vomit, il faut lui piquer l'artère, lui prélever du sang, le mettre sous 15 litres d'oxygène, contrôler son état en permanence. Les deux patients en fin de vie commencent à souffrir et il faut adapter les doses des médicaments pour les soulager. À chaque fois qu'on rentre et qu'on sort d'une chambre, qu'on passe d'un couloir à l'autre, d'un local à l'autre, il faut se laver, se changer, mais il n'y a pas assez de surblouses, bref, c'est le grand bazar. Dans ce chaos, je dois aussi écrire les transmissions pour le week-end et gérer deux nouvelles entrées : un petit vieux avec des troubles cognitifs, très prostré, mais lucide et effrayé ; et une dame âgée, avec un syndrome bipolaire et difficile à interroger. Évidemment, tous deux sont Covid positif et ne respirent pas bien. Il faut immédiatement contrôler leur stabilité hémodynamique et respiratoire, mettre en place le nécessaire pour la nuit - le possible, plutôt.

"J'ai sept patients, dont cinq menacés d'une mort imminente"

Pour l'un comme pour l'autre, je donne priorité à l'examen clinique et ne prend pas connaissance de leur traitement de fond; je m'en occuperai dans un deuxième temps, une fois gérée l'urgence. Évidemment, ce serait mieux de tout faire tout de suite, mais je n'y arrive pas : je suis seule, j'ai sept patients, dont cinq menacés d'une mort imminente. Et puis, je suis encore une jeune interne, je n'ai pas la rapidité d'un chef, a fortiori quand l'un des deux patients arrive à peine un quart d'heure avant l'horaire auquel on est censé avoir mis les transmissions à jour.

J'accueille la patiente dans le couloir et je suis les brancardiers pendant qu'on l'installe dans la chambre. Je vérifie ses constantes, réalise l'examen clinique. Elle ne va pas bien, évidemment, mais elle est stable. J'écris les résultats de son examen et je cherche des informations à son sujet dans la banque de données médicales. Les informations que je trouve ne sont pas complètes, mais j'arrive à contacter son médecin traitant qui me résume son parcours, du moins ce qu'il en sait : cette dame sort d'une hospitalisation en psychiatrie. Le morceau de puzzle qui me manque est le compte rendu de ce séjour : il n'est pas numérisé. Il a été rédigé sur papier, mais je ne l'ai pas encore trouvé. Je m'apprête à aller le chercher pour compléter le tableau quand je croise Jules, à qui je raconte ce que j'ai découvert jusqu'à présent, en ayant bien conscience que tout cela reste encore partiel.

"J'éclate en sanglots. Personne n'y prête attention"

Jules me gronde sans que je puisse vraiment m'expliquer. Devant tout le monde, les externes, les internes, les autres chefs. Il ne voit que la partie manquante, et pense visiblement que j'ai été négligente. "Ce n'est pas acceptable de ne pas avoir récupéré le traitement de fond d'un patient à dix-huit heures !". Cette humiliation, dans ce contexte et avec ce moral, je ne la supporte pas. La patiente est arrivée à 17h45, elle allait mal, il fallait d'abord s'assurer qu'elle ne fasse pas de choc, l'examiner, lire les informations des urgentistes, et seulement après savoir ce qu'il s'était passé avant. Je ne peux pas tout faire au même moment.

En plus, je suis crevée. Malgré moi, j'éclate en sanglots. Personne n'y prête attention, moi non plus d'ailleurs, je poursuis mon travail.

Le compte rendu manquant est finalement retrouvé au poste de soins des infirmières. Jules récupère le traitement de fond en appelant la clinique où la patiente se trouvait auparavant. Je mets à jour les transmissions, demande les prises de sang pour le lendemain, contrôle encore un tas de choses et gère avec lui les derniers évènements de la journée, notamment une fausse route avec désaturation et un infarctus de dernière minute.

Une heure plus tard, je pleure toujours, sauf dans les chambres des patients. Jules me demande quel est le problème. Je lui avoue ma désolation face à mes manques, ma sensation d'impuissance, mon impression d'insécurité, la honte d'avoir déçu mon chef... Jules est gentil. Il ne me réconforte pas vraiment, mais, sans colère, il m'explique que son rôle consiste aussi à reprendre ses internes lorsqu'ils ne travaillent pas correctement.

Je sors de l'hôpital vers vingt heures trente, j'ai l'impression d'être un torchon sale et mouillé. Je monte sur mon vélo et je pleure jusqu'à Victor. J'ai la chance de pouvoir pleurer vers l'amour, je sais qu'à la maison un allié m'attend. Bientôt, nous serons deux, et à deux, on est plus fort. Victor me fait parler et me câline. Quand je cesse de pleurer, il me nourrit, mais à la fin du repas, je recommence à pleurer, en silence. Alors Victor me borde. Quand je glisse dans le sommeil, je pleure encore.

Demain, j'arriverai au boulot les yeux cernés, rouges et gonflés, mais j'arriverai à l'heure.
blandine
blandine

Modératrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Carline Dim 29 Mar 2020 - 19:58

Emouvant. Merde je pleure.
Carline
Carline

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par DoMi Lun 30 Mar 2020 - 10:10

Impossible de lire jusqu'au bout ...
DoMi
DoMi

Administratrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Damkipik Lun 30 Mar 2020 - 12:06

Dantesque.
Damkipik
Damkipik

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par canelle Lun 30 Mar 2020 - 14:23

Effrayant, le courage de cette jeune femme et de tous les autres, ce berdol, grâce à toutes les mesures, prises depuis des années, parce qu'il faut gérer les hôpitaux comme une entreprise qui fait du fric, encore une raison d'avoir la rage aujourd'hui.
canelle
canelle

Modératrice



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Damkipik Jeu 2 Avr 2020 - 17:38

Espérons qu'après la crise, des mesures seront prises afin que rien de tout cela ne puisse se reproduire !
Damkipik
Damkipik

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une soignante  Empty Re: Journal d'une soignante

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum