Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 9 Invités :: 1 Moteur de recherche

Damkipik

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 297 le Dim 24 Mai 2020 - 22:45
Derniers sujets
» Ils appellent la police pour des enfants bruyants
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Aujourd'hui à 8:12 par Marius

» Macabre découverte dans les glaciers
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Hier à 17:26 par kikidi

» Les mots en liaison, reliés entre eux
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Hier à 13:59 par Damkipik

» ma nouvelle façon de cuir les oeufs durs
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Hier à 10:44 par girolette

» Et le tour de France cycliste féminin, qui le suit ?
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 13 Aoû 2022 - 11:59 par Damkipik

» Le feuilleton du béluga dans la Seine se poursuit
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Ven 12 Aoû 2022 - 17:11 par blandine

» Une famille piégée par la marée
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Jeu 11 Aoû 2022 - 9:27 par rose04

» Gros coup de coeur
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 10 Aoû 2022 - 17:26 par Aurore

» Plus de 175.000 Belges possèdent une résidence secondaire à l'étranger
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 8 Aoû 2022 - 18:09 par Copernic

» “Le musée d’Omar Sy”: les habitants d’Étretat excédés par les conséquences du succès de “Lupin”
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 8 Aoû 2022 - 18:01 par Frimousse73

» Ce soir, je vais regarder...
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 8 Aoû 2022 - 17:52 par Frimousse73

» «Remarriage & Desires» (Netflix) : la haute société coréenne sous toutes les coutures
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Dim 7 Aoû 2022 - 13:51 par Damkipik

» Gérald Darmanin annonce l'expulsion de l'imam Hassan Iquioussen qui tient depuis près de 20 ans des propos antisémites et homophobes dans le Nord de la France
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 6 Aoû 2022 - 15:04 par Copernic

» Netflix veut faire payer plus cher les consommateurs qui partagent leurs mots de passe…
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 6 Aoû 2022 - 12:57 par Copernic

» Arnaque au "renouvellement de la carte vitale" de sécu.
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 6 Aoû 2022 - 8:24 par Frimousse73

» À 24 ans, il est le seul facteur de France à livrer le courrier en bateau
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Jeu 4 Aoû 2022 - 19:45 par Damkipik

» Christophe Izard, le papa de “L'île aux enfants”, est décédé
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 1 Aoû 2022 - 18:15 par Glorianne

» Samedi noir sur les routes françaises: plus de 1.000 km de bouchons
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 1 Aoû 2022 - 18:13 par Frimousse73

» Sécheresse et feux d’artifice ne font déjà pas bon ménage
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Ven 29 Juil 2022 - 10:37 par Damkipik

» Le Conseil d'Etat valide la requête d'une association contre un décret qui devait interdire le 1er octobre les appellations telles que "steak" ou "lardon" pour les produits à base de protéines végétales
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Jeu 28 Juil 2022 - 15:20 par Copernic

» Craquelins aux citrons ou aux oranges
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 23 Juil 2022 - 14:53 par Copernic

» L'euro féminin de football : on suit ou on boycotte ?
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Ven 22 Juil 2022 - 15:02 par canelle

» Deux adolescents bannis de la piscine jusque la fin de l'été
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 20 Juil 2022 - 12:46 par Frimousse73

» Hier soir, j'ai regardé...
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mar 19 Juil 2022 - 9:48 par Damkipik

» Du changement sur france télé : Domi va faire la gueule déjà..
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Jeu 14 Juil 2022 - 17:44 par DoMi

» 5 bonnes raisons de manger des framboises
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 13 Juil 2022 - 20:39 par Frimousse73

» Charcuterie: Les autorités sanitaires françaises confirment "l'existence d'une association entre le risque de cancer colorectal et l'exposition aux nitrates et nitrites", notamment via la viande transformée
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 13 Juil 2022 - 20:35 par Frimousse73

» Mickey Mouse pourrait bientôt quitter Disney
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mar 12 Juil 2022 - 17:36 par Damkipik

» Blague de couple la plus courte
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mar 12 Juil 2022 - 16:27 par blandine

» L’Ohio refuse l’avortement à une fillette de 10 ans enceinte après avoir été violée
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mar 12 Juil 2022 - 9:51 par Frimousse73

» Hausse de demandes de vasectomie aux Etats Unis
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 11 Juil 2022 - 18:06 par Damkipik

» La tour Eiffel menacée par la rouille
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 11 Juil 2022 - 16:42 par blandine

» Je regarde le tour de france pour ?
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 11 Juil 2022 - 16:23 par Sophie

» C'est fait: plus aucune voiture non-électrique vendue en Europe dès 2035
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Dim 10 Juil 2022 - 15:45 par Frimousse73

» Il écrit ce que je pense...
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 9 Juil 2022 - 15:01 par Damkipik

» Boris Johnson démissionne: un nouveau Premier ministre annoncé dans les prochaines semaines
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Jeu 7 Juil 2022 - 17:12 par Damkipik

» Trafic aérien perturbé cet été
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 2 Juil 2022 - 8:40 par Frimousse73

» Damien Abad, une opinion ?
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 2 Juil 2022 - 8:20 par Damkipik

»  Une des meilleures lettres jamais reçues par une compagnie d'assurances :
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Ven 1 Juil 2022 - 12:57 par Frimousse73

» Petite blague à partager
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Dim 26 Juin 2022 - 13:58 par girolette

» Jupiter, descendu de son Olympe...
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Dim 26 Juin 2022 - 7:33 par Damkipik

» Quel livre avez vous lu aujurd'hui ?
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Sam 25 Juin 2022 - 14:20 par canelle

» Cocorico----------femmes je vous aime
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Ven 24 Juin 2022 - 15:43 par Arthénice

» vous y avez peut etre droit
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Jeu 23 Juin 2022 - 9:47 par Frimousse73

» Viré hier par la direction de BFM TV, Jean-Jacques Bourdin réagit pour la première fois : "Je suis tellement heureux d'être libéré, je repars pour de nouvelles aventures"
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 22 Juin 2022 - 18:19 par Frimousse73

» L'acteur Jean-Louis Trintignant est décédé à l’âge de 91 ans
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 22 Juin 2022 - 18:12 par Copernic

» A partir d'un certain âge l'amour peut être dangereux pour les messieurs !!!!
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mer 22 Juin 2022 - 16:38 par Arthénice

» Fête du cinéma 4 euros la séance
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Mar 21 Juin 2022 - 8:35 par Sophie

» Ukraine, déjà trois mois de combats !
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 20 Juin 2022 - 17:10 par Damkipik

» Combien de télévisions avez vous chez vous ?
UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Icon_minitime1Lun 20 Juin 2022 - 14:31 par Arthénice

Le Deal du moment : -20%
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – ...
Voir le deal
239 €

UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen?

2 participants

Aller en bas

UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Empty UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen?

Message par Copernic Jeu 4 Juin 2020 - 14:23

Face à l’annonce de restrictions aux frontières de pays de l’Union européenne, la Commission appelle à protéger le marché unique. Mais elle reste en retrait, puisque les frontières sont une prérogative des Etats.

Le 26 mars dernier, quelques jours après les premières mesures de confinement en Belgique et l’annonce de restrictions aux frontières du pays, et ailleurs dans l’Union européenne, en réponse à la crise Covid-19, le Luxembourg était le seul pays de l’UE à s’émouvoir de ce triste symbole pour célébrer, ce jour précis, les 25 ans de l’entrée en vigueur de l’Espace de libre circulation Schengen.

Le Grand-Duché « appelle à rétablir Schengen dans les meilleurs délais (…) et à veiller à préserver cet édifice, qui est à la fois le symbole de notre Union et de nos libertés, et qui est devenu une des conditions de notre solidarité et de notre prospérité », écrivait alors le ministre luxembourgeois des affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn.

La Commission, de son côté, veillait à ménager la chèvre et le chou, appelant à protéger le marché unique européen mais en restant en retrait, puisque les frontières sont une prérogative des Etats. Bien qu’en en conservant la compétence, les Etats de Schengen (22 pays de l’UE plus l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein) ne peuvent rétablir des contrôles ou autres restrictions que s’ils respectent un certain nombre de conditions. Par exemple, ils doivent en démontrer la nécessité, la proportionnalité, l’efficacité ou encore le fait qu’aucune mesure alternative moins intrusive ne produirait les mêmes effets. Ces conditions n’ont pas été respectées pour le Covid-19.

« Je pense que les Etats membres ont agi un peu comme les individus. Quand la crise a commencé, tout le monde s’est précipité au supermarché pour acheter des pâtes et du papier toilette et est rentré à la maison en verrouillant plus ou moins ses portes. Les Etats ont agi un peu de la même manière », a d’ailleurs dit, mercredi matin, la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson. Mais la Commission elle-même n’a pas suffisamment protégé l’acquis libre circulation, estiment les experts que nous avons interrogés. Et sortir de la situation en levant les restrictions aux frontières intérieures de l’UE sans faire davantage de mal à cet acquis sera compliqué.

Sergio Carrera: «Les règles de Schengen sont déjà claires»

Sergio Carrera a étudié la légalité des restrictions aux frontières imposées lors de la crise Covid-19. Le droit existant doit être respecté, selon lui.

Sergio Carrera a étudié l’impact des mesures Covid-19 sur l’Espace Schengen pour le think tank CEPS. Il s’attend à voir des citoyens faire valoir leurs droits devant la Justice, soulignant de nombreuses violations dans ces restrictions aux frontières.

Votre étude suggère que vu la base juridique utilisée pour introduire des frontières, les Etats ne pouvaient le faire au-delà de mi-mai…

On l’a vu dans le passé avec la crise des réfugiés, les Etats instrumentalisent le Code Schengen au-delà de ce qui est prévu juridiquement. Ils étirent le droit au point de ne plus être en conformité et cela rend la tâche de la Commission très difficile. Mi-mai était le maximum possible légalement, mais il se peut qu’ils aient changé de base juridique entre-temps (c’est le cas de la Belgique, NDLR). La santé publique n’est pas prévue comme base pour déroger à la libre circulation. Il est davantage question de sécurité. Aucun Etat n’a conduit une évaluation significative, ni même une mise à jour régulière, de l’efficacité de la mesure, de sa nécessité, de sa proportionnalité. Certains pays ont même introduit des tests de santé pour pouvoir entrer dans le pays. Cela ne devrait pas être un motif d’interdiction d’entrer sur le territoire, les Européens ont le droit d’avoir accès aux soins de santé dans un autre Etat que le leur ! Donc cela touche à d’autres règles européennes que le Code Schengen, aussi le droit à l’asile, par exemple.

La fermeture des frontières n’a été qu’une réponse symbolique à une pandémie qui ne connaît pas de frontière.

L’espace Schengen va-t-il sortir affaibli de cette expérience ?

Le fait est que les règles sont très claires et elles servent leur objectif, elles fonctionnent depuis un long moment, nous n’avons pas besoin de les réformer. Ce que cette crise a montré, c’est qu’en cas de crise, les Etats agissent dans leur coin. Donc il est important qu’ils continuent à justifier leurs décisions (relatives à leurs frontières, NDLR), qu’ils aient des comptes à rendre pour ce qu’ils font. S’il y a d’autres pandémies, il faut cesser d’utiliser les frontières comme réponse symbolique. Depuis 2013, lors de la réforme de la gouvernance de Schengen, ils ont perdu de la marge de discrétion et n’aiment pas avoir à justifier leurs actes. C’est contre-productif. Quand ils brisent les règles, il faut que la Commission les poursuive devant la Cour de Justice de l’UE. Il faut arrêter la diplomatie avec eux, c’est à la Cour de décider ce qui est légal ou pas.

Personne n’a défendu Schengen, à part peut-être les citoyens qui se sont retrouvés lésés par la fermeture des frontières. Peut-être est-ce à eux de faire valoir leurs droits ?

C’est tout le principe de vivre dans un Etat de droit. On voit déjà des cas de citoyens qui ont été affectés par cette mesure et qui ont déposé plainte devant la Cour européenne des droits de l’Homme. On va voir de nombreux litiges, parce que leurs droits ont été violés. D’une certaine manière, cette crise a fait réaliser ce que l’UE a fait pour nous.

Alberto Alemanno: «La dynamique de Schengen va rester impactée pendant des mois»

Alberto Alemanno, professeur de droit européen à HEC Paris, trouve que l’absence de réponse forte de la Commission est très grave.

Nous avons vécu le rêve européen. Y a-t-il un politicien qui va défendre les frontières ouvertes ? », s’interrogeait dans le Guardian, la semaine dernière, Alberto Alemanno, professeur de droit européen à HEC Paris.

Est-ce que cette crise a finalement démontré que d’un point de vue démographique au moins, les Etats nations n’existaient plus ?

Effectivement, 17 millions donc environ 4% des Européens, résident dans un autre Etat membre. Ils représentent le signe le moins visible mais le plus concret de l’intégration européenne : c’est grâce à l’Europe qu’ils ont pu bâtir ces vies. Trois à cinq millions de plus vivent dans des régions transfrontalières. Mais 50% de la population de l’UE est exposée à un autre Etat sur une base annuelle, que ce soit parce qu’elle y a des amis, de la famille ou qu’elle y voyage une fois par an. Donc tous ces gens sont affectés par l’Europe. Ce sont des données partielles, en outre. Comme il n’y a pas de contrôle aux frontières, on ne sait pas combien de gens vivent réellement au-delà des frontières. Leur mentalité est de dire que l’Etat-nation n’a pas beaucoup à leur offrir, mais paradoxalement, l’Europe ne les protège pas.

Votre tribune dit que la fermeture des frontières est due à un manque de confiance entre Etats…

La décision leur appartient. Pour éviter une situation comme celle que l’on connait aujourd’hui, les conditions sont réunies pour attribuer plus de compétences à la Commission. Il faut consolider Schengen et donner des pouvoirs de décisions directes et de coordination. On s’est retrouvé dans une situation grise (en matière de légalité de ces fermetures, NDLR). La Commission a eu peur d’exercer ses prérogatives actuelles dans ces circonstances, mêmes quand les mesures aux frontières étaient complètement discriminatoires. Beaucoup d’Etats ont introduit des restrictions par réciprocité avec ceux qui l’avaient fait avant eux. Cette réciprocité n’avait jamais eu sa place, car la coopération entre eux doit être basée sur la confiance mutuelle. Et personne n’a écouté la Commission. Evidemment, elle n’a même pas menacé un Etat (de mesures devant la Cour, NDLR), je trouve cela très grave. Il y a une autre raison structurelle : les leaders politiques en Europe sont élus par leur pays d’origine. Pourquoi devraient-ils prendre en considération les intérêts des citoyens au-delà de la frontière ? Quelle est l’incitation ? Personne ne veut défendre ce que l’Europe a été et ce qu’elle n’est plus. Cela va prendre des mois et je ne pense pas que l’on va revenir au même stade de liberté. Il y a un nouveau débat sur les tests de santé pour voyager. Tout cela va changer la dynamique de Schengen donc c’est très grave et, à nouveau, la Commission n’est pas en train d’anticiper.

Mais vous estimez tout de même qu’il y a de l’espoir…

Oui, dans la mesure où, finalement comme Jean Monnet l’a dit, les crises montrent les faiblesses de l’Europe et permettent aux Etats de combler ces vices structurels. Il reste la crise démocratique, c’est plus complexe, mais c’est le défi de la Conférence à venir sur l’avenir de l’Europe. Je reste positif.
Copernic
Copernic

Administrateur



Revenir en haut Aller en bas

UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen? Empty Re: UE: après un piteux 25e anniversaire, quel avenir pour Schengen?

Message par papacoz Jeu 4 Juin 2020 - 17:15

il faut revenir à une europe des nations
papacoz
papacoz

Membre de BREZOLAND



Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum